Le sex fetichisme ne vous suffit peut être pas, alors j'ai choisi pour quelques sites de porno tout aussi hardcore et tout aussi bandant que ce site dédié au trampling fetish hard avec des tonnes de video fetish.

Ballbusting

La torture des organes génitaux masculins (ou plus familièrement torture de couilles / ballbusting ) (qui se traduit en anglais cock and ball torture ou, en abrégé,CBT) est une pratique souvent utilisé par les adeptes du sadomaso. Cette pratique peux être réalisé par des agressions physiques tel que des brûlures sur les testicules par de la cire chaude, mais également par des "fessée" sur les testicules, mais aussi par l'écrasement des testicules. Les pratiques citées ci dessus sont les plus fréquentes, mais il existe également la flagellation des parties génitales, la mise en place d'une sonde urétal, l'électro-stimulation érotique allant même jusqu'à l'électro-torture, les chatouillements, et l'une des pratiques les plus excitantes, le coups de pieds sur les testicules. Comme toutes tortures, la liste n'est pas exhaustive et n'a de limites que l'esprit imaginatif humain.

Si nous recherchons un peu l'origine du ballbusting, nous allons pouvoir nous rendre compte que ce n'est pas l'apanage du sexe sadomaso. Au Moyen Âge, beaucoup de tortures visaient les organes génitaux, par exemple lors des interrogatoires de l'Inquisition ou les condamnations à mort pour trahison en Angleterre avec l'émasculation.

Les différentes tortures

Les ballstretchers

Que l'on pourrait nommer « étireur de couilles », sont des anneaux (métal, cuir, latex ou plastiques). Les ballstretchers se positionnent à la base du scrotum et ils permettent d'étirer les testicules de 2 à 9 cm. Ils sont fixés avec des vis, ce qui intensifie la douleur. Certaines maitresses vont prendre un plaisir immense à y associer des poids de quelques centaines de grammes à 2kg.

Les séparateurs

Souvent associés à un cockring, ce sont des anneaux placés de façon à ce qu'une pièce métallique s'intercale entre les deux couilles. Le scrotum sera donc séparé en deux parties distinctes.

Les parachutes

En métal ou en latex cet outil de torture s'accroche à la base du scrotum. Ils comportent soit des trous, soit des chaines permettant d'attacher des poids. Une fois les poids suspendus, le parachute exerce une traction constante et un effet de pression sur les couilles du soumi. Cet outil est souvent utilisé lors de relation sadomaso.

L'électro-torture

On applique des électrodes sur le scrotum, ou autour de la verge, de façon à délivrer des décharges électriques d'intensité variable.

Les nuts-crackers

Que l'on peux évidemment traduite par « casse-noix » permettent, comme leurs noms l'indiquent d'exercer des pressions sur les testicules.

Le humbler

Il est constitué d'un ball cuff (« menotte à couilles ») qui se ferme au niveau du scrotum. Le ball cuff se ferme avec une clef, et évidemment, seule la maitresse la posséde. Elle est donc la seul à pouvoir délivrer son soumis de cet instrument de torture l'obligeant à se déplacer en rampant.

Le testicle cuff

C'est une variante du précédent. Il comporte, en plus du ball cuff, un anneau qui enserre la base du sexe. Il ferme également à clef.

L'orgasme forcé

Cette torture du pénis, pratiqué dans le milieu sado maso, consiste à pratiquer un orgasme au partenaire soumis, alors que celui doit retenir son éjaculation. Une fois que le dominé a éjacule, en général le dominant continue à masturber le partenaire, ce qui devient désagréable voir même douloureux.

A visiter : sado maso | femme dominatrice| BDSM gay | maitresse BDSM

Vidéos SadoMaso